Lab > Axes > Accordion > Responsabilité sociétale des entreprises

Responsabilité sociétale des entreprises

La R.S.E. a vocation à renouveler en profondeur la logique de l’entreprise capitaliste traditionnelle. Le passage d’un capitalisme de « shareholders » à un capitalisme de « stakeholders » ne doit pas se cantonner à une meilleure prise en compte des aspirations des salariés et des intérêts des consommateurs. L’objet est de faire de l’entreprise un acteur central du progrès social et environnemental pour la société toute entière, pour la/les « communautés ». En effet, la distribution des salaires, le paiement de l’impôt et la satisfaction intéressée des besoins des consommateurs ne doit pas, selon nous, épuiser la contribution sociale de l’entreprise.Certaines grandes entreprises ont créé des fondations philanthropiques ou financent des associations humanitaires, mais cette contribution reste finalement marginale et largement externalisée. A notre sens, la fonction d’utilité sociale devrait s’imposer au cœur de l’entreprise, coexister avec la logique - indépassable dans notre système marchand - de profit financier. Plus spécifiquement, il nous semble que l’entreprise devrait être systématiquement, directement et profondément mobilisée dans la réalisation du droit à l’éducation, initiale et tout au long de la vie, pour les adultes les moins formées et les plus éloignées de l’emploi : jeunes en difficulté, immigrés peu ou pas qualifiés, travailleurs peu ou pas qualifiés, chômeurs de longue durée. L’entreprise a également un rôle beaucoup plus central à jouer dans l’orientation des jeunes d’âge scolaire. Il nous sembler exister pour les collégiens et lycéens un grave déficit d’information quant aux formations disponibles, aux débouchés professionnels, au monde de l’entreprise. Ce déficit d’information est une terrible source d’inégalité et de reproduction sociale.

La R.S.E. touche et intéresse les nouvelles formes d’emploi. Comment développer la R.S.E. au sein des sociétés de portage salarial ? La R.S.E. affecte-t-elle de la même manière les sociétés “traditionnelles” et les nouvelles formes d’emploi ?

Le marché de l’emploi évolue également via les nouvelles technologies et le droit à l’environnement. Comment les nouvelles technologies imposent leurs spécificités à la R.S.E. et comment, réciproquement, elles s’adaptent à ses normes ? Comment et de quelles manières le droit à l’environnement influence l’entreprise ?